On confond bien souvent le Congé Solidaire mis en place par Planète Urgence et Congé de Solidarité Internationale (Loi française de 1995). Leurs différences résident dans la durée du congé, et le statut du salarié pendant cette période.

Le congé solidaire de PLANÈTE URGENCE:

Le concept de Congé Solidaire a été créé par Hervé Dubois en 1999. L’ association du même nom, régie par la loi de 1901, qu’il a co-fondé en 2000 a changé de nom fin 2005 pour s’appeler Planète Urgence et a été Reconnue d’Utilité Publique en 2009. Le Congé Solidaire permet à chacun d’agir à la demande d’une structure locale dans le cadre d’une mission de courte durée (de 2 à 4 semaines).

Retrouver ici l’interview de Robert Baillet qui rentre d’une mission de PLANÈTE URGENCE à MADAGASCAR

 

 

Le congé de solidarité internationale:

Le congé de solidarité internationale (CSI) a pour objet de permettre à un salarié de participer à une mission d’entraide à l’étranger. La durée du congé ou la durée cumulée de plusieurs congés, pris de façon continue, ne peut excéder 6 mois.

Conditions d’accès:

Le salarié doit avoir au moins 12 mois d’ancienneté dans l’entreprise, consécutifs ou non.

La mission à laquelle il souhaite participer doit :
se situer hors de France,
relever soit, d’une association humanitaire, soit, d’une organisation internationale dont la France est membre (la liste est fixée par arrêté).

Modalités

Le salarié doit informer son employeur par lettre recommandée, avec accusé de réception ou remise en main propre contre décharge, au moins 1 mois à l’avance en précisant :

la date de départ en congé,
la durée de l’absence envisagée,
le nom de l’association ou de l’organisation internationale pour laquelle la mission sera effectuée.
En cas d’urgence, le salarié peut solliciter un congé d’une durée maximale de 6 semaines sous préavis de 48 heures.

Réponse de l’employeur

L’employeur peut refuser le congé :
s’il estime que l’absence du salarié est préjudiciable à la production et à la marche de l’entreprise.
Son refus doit être motivé et notifié au salarié par lettre recommandée avec accusé de réception dans un délai de 15 jours après la réception de la demande ; à défaut de réponse dans ce délai, l’accord de l’employeur est réputé acquis.

Le refus de l’employeur peut être contesté devant le conseil des prud’hommes.
Lorsque le congé a été demandé en urgence 48 heures à l’avance, l’employeur doit faire connaître sa réponse dans un délai de 24 heures ; il n’est alors pas tenu de motiver son refus et son silence ne vaut pas accord.

Si le nombre de salariés bénéficiant déjà de ce congé atteint les proportions suivantes :

Statut pendant le congé

Pendant le congé, le contrat de travail est suspendu et le salarié n’est pas rémunéré.
La durée du congé est assimilée à une période de travail effectif pour la détermination des avantages liés à l’ancienneté.
La durée du congé de solidarité ne peut être, sauf d’un commun accord, imputée sur celle du congé annuel.

Retour de congé

A son retour de congé, le salarié doit retrouver son précédent emploi ou un emploi similaire assorti d’une rémunération au moins équivalente.
Le salarié remet à son employeur une attestation de l’association ou de l’organisation constatant l’accomplissement de la mission.

SOURCES & LIENS:

Sources de cet article: ICI !
WIKIPEDIA: ICI!
PLANÈTE URGENCE: ICI! 

Articles du code du travail: ICI!

 

Translate »