Isan -SuparlukHistoire

L’Isan recèle bon nombre de sites de l’Âge de bronze, avec des peintures rupestres, et des artéfacts anciens touchant la culture du riz. Des outils de bronze, comme ceux trouvés à Ban Chiang, pourraient prédater des outils semblables trouvés en Mésopotamie. La région fut par la suite sous l’influence de la culture Dvaravati puis sous celle de l’empire khmer, qui a laissé des temples à Phimai et à Phnom Rung, parmi les plus importants.

Après le déclin de l’empire khmer, à partir du XIIIe siècle, l’Isan a été dominée par le royaume laotien du Lan Xang. La région fut de plus en plus colonisée par les migrants laotiens. Le Siam prit le territoire à partir du XVIIe siècle, et opéra des transferts forcés de population du Laos vers l’Isan aux XVIIIe et XIXe siècles. Les traités Franco-Siamois de 1893 et de 1904 firent de l’Isan la frontière entre le Siam et l’Indochine française.

Au XXe siècle, la politique de « thaïfication » poussa vers l’incorporation de l’Isan à la Thaïlande et chercha à minimiser les origines laotiennes de la population. Cette politique impliqua même l’usage du nom « Isan » : dérivé de celui d’Isana, une manifestation de Shiva, déité du nord-est. Le nom renforce l’identité de la région en tant que nord-est de la Thaïlande, plutôt que comme partie du monde laotien. Avant que le gouvernement central n’introduise la langue et l’alphabet thaï dans les écoles, les habitants d’Isan écrivaient avec l’alphabet laotien. Le plupart parle encore aujourd’hui la langue d’Isan, proche du laotien.

Trip:

Nous partons donc en train depuis Bangkok, invités par la famille de Supa’, une amie de longue date de Bangkok. Nous restons quelques jours dans ce petit village, ou nous vivons “a la locale”.

Dés notre arrivée, nous nous rendons au marché pour acheter les poissons, poulet et autres aliment necessaire pour faire un gros repas avec toute la famille et les voisins…Repas se mangeant avec les doigts, en piochant dans le riz gluant (trééééés bon!).

Le lendemain direction un lac pour pécher de toutes petites crevettes. Celles ci seront mangées vivante, préparées avec une sauce légèrement épicée. Le frère de Supa’ nous accompagne avec un fusil en cas de rencontre avec un serpent! (il y en a beaucoup en Isan).

On a donc passé la moitié de la journée a chercher des crevette en marchant pieds nus en reculant armé d’un tamis dans un lac peuplé de serpents!!! Faut croire en son Karma!

Nous sommes aussi allé visiter un frere de Suma, proprietaire d’une petite exploitation de latex. On a vraiment été acceuilli comme des rois, encore merci!

-TOUTES LES PHOTOS ICI-

Translate »